La méthode Niromathé®

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

La méthode NIROMATHE® trouve son origine aux confins de l'Inde et de l'Europe. E. Renard, rebouteux du Pas de Calais, l'avait apprise dans les Balkans. Ainsi, nombre de rebouteux travaillaient de la même façon. Ils remettaient les nerfs, les tendons et les ligaments. Ils malaxaient les tissus mous. Ils "refaisaient" circuler la lymphe, l'énergie. Ils avaient en commun le fait de rester doux, superficiels, de ne pas utiliser de manoeuvre intempestive, de ne pas faire "craquer". Le patient sortait souvent miraculeusement guéri après 10 minutes passées entre leurs mains.

Certains de ces rebouteux avaient une notoriété immense, une renommée internationale.

Créée en 1997, la méthode NIROMATHE® fut une véritable révélation, ainsi que le début d'une activité passionnante. Simple, sans risque, facile à exécuter, d'indication large (du nouveau-né au grabataire), rapide (10 minutes de travail), très efficace et surtout d'effet immédiat.

Un grand nombre de techniques ostéopathiques vise à stimuler des points détente: techniques de Dicke, Knap, Chapman, Goodheart, Vogler, Moneyron, Bowen..., mais aussi l'acupuncture (points Ah Chi). La méthode NIROMATHE® trouve son originalité en ce sens qu'elle associe une stimulation de ces mêmes points et une traction cutanée. Elle s'apparente à la technique de Janet Travel qui associait une injection de xilocaïne sur ces points détente et une traction musculaire.

niromathe_dos

Tout le travail se passe au niveau de la peau...

En même temps que se constitue la lésion ostéopathique, des points cutanés et sous-cutanés se déprogramment. Cet état peut durer des années.

 

La reprogrammation de ces points par un toucher vibratoire, superficiel et polarisé amène, une disparition de la lésion ostéopathique sous-jacente.

 

Raymond Branly, MD, ostéopathe:

"La méthode NIROMATHE® constitue la méthode ostéopathique la plus élaborée que je connaisse.

  • Elle est facile à mettre en œuvre.
  • Elle peut être notamment pratiquée par les femmes, qui ont souvent été rebutées par le côté "habituellement musclé" de certaines techniques (chiropraxie, myotensif, Jones...).
  • Elle est indolore.
  • Elle est asymptomatique (aucune contre-indication, ni effet secondaire).
  • Elle est rapide.
  • Elle s'adresse à toutes les lésions ostéopathiques sans exception.
  • Elle s'adresse à tous les âges (du nouveau-né au grabataire).
  • Elle est d'effet immédiat: les patients sortent toujours avec une amélioration d'au moins 75 % de leur état."

 

    En même temps que se constitue une lésion ostéopathique : un blocage mécanique responsable d'une congestion ostéo-articulaire et viscérale, se produit un captage lymphatique sous-cutané au niveau de points « clés». Le décollement de ces points permet en retour, une levée du spasme générateur de la lésion ostéopathique.

    Dr Raymond Branly

 

Sélectionnez la langue

  1. The Niromathe® Method
  2. El método Niromathe®
  3. Il metodo Niromathe®
  4. Die Niromathé®-Method

 

Les fondateurs

 

Thierry Vandorme

vandorme

 

Raymond Branly

branly

 

La méthode NIROMATHE® est née de la collaboration du docteur Raymond Branly et de Thierry Vandorme, tous deux ostéopathe.

 

Plus de 25 années de pratique, d'observations, de recherches, d'experimentations ont permis de découvrir certains concepts et d'élaborer la méthode NIROMATHE®.

 

Une description complète de la technique ainsi que les biographies de Raymond Branly et de Thierry Vandorme sont disponibles sur le site:

www.niromathe.com

 

Inscription au stage Niromathé

 

30 % des cas sont immédiatement améliorés (absence d'inflammation associée).

 

Dans 30 % des cas, la guérison intervient trois jours plus tard; dans 30 % des cas, huit jours plus tard (délai nécessaire à la disparition de l'inflammation). En effet, l'inflammation est la conséquence des blocages.

 

Si par contre, le déblocage complet n'est pas acquis, une deuxième, voire une troisième séance sera nécessaire (cas chroniques en particulier).

 

Restent 10 à 20% d'échecs au-delà de 3 séances. Il s'agit de cas complexes, très évolués (micro fractures osseuses ou cartilagineuses associés), de patients sous tranquillisants ou de patients multi opérés.